PERMETTRE A TOUTES ET TOUS DE S’IMPLIQUER – REFLECHIR ENSEMBLE A UNE ALIMENTATION PLUS DURABLE – APPRENDRE EN COMPOSANT SOI-MEME SON GOUTER                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Ecole Internationale de Genève - Campus des Nations - Site de Pregny

Permettre à toutes et tous de s’impliquer

Etape 1 : Eco-comité

Afin d’encourager l’implication des élèves au sein du projet, l’élection des membres de l’éco-comité s’est faite de manière participative : en début d’année, chaque classe a ainsi reçu la visite de la coordinatrice Eco-Schools, qui lui a présenté le programme. Les enfants intéressé.e.s ont alors été invité.e.s à produire un dessin ou une vidéo pour se présenter et faire part de leur motivation à intégrer l’éco-comité, et un.e ou deux élèves ont finalement été choisi.es pour représenter leur classe. De leur côté, les parents ont été invité.e.s par une newsletter à rejoindre également l’éco-comité.

« A travers ce processus, les enfants ont appris à argumenter et donner les bonnes raisons de prendre le rôle de l’éco-ambassadeur. Cela a également permis d’avoir une bonne organisation, de responsabiliser les élèves qui viennent chaque jeudi pendant la récréation de midi discuter avec l’éco-coordinatrice et préparent une éco-assemblée pour communiquer avec toute l’école sur les différentes actions à mettre en place. »

Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny
Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny
Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny

Réfléchir ensemble à une alimentation plus durable

Etape 2 : Diagnostic

L’éco-comité s’est intéressé aux repas chauds proposés par les cuisines de l’école et a pu identifier des aspects à améliorer dans le tri des déchets et le choix des produits, ces derniers n’étant pas toujours de saison ou de provenance locale. Les cuisines scolaires ont pu alors être orientées vers une approche plus durable et sont à présent gérées par une entreprise détentrice du label Fourchette verte. En parallèle, les élèves ont été invité.e.s à évaluer leurs goûters et ceux de leurs camarades et à déterminer s’il s’agissait d’éco-snacks, en se basant sur quatre critères : comment le goûter est-il emballé, a-t-il voyagé, est-il bon pour la santé, et est-il de saison ? S’apercevant que peu de goûters répondaient aux critères de manière satisfaisante, l’éco-comité a eu l’idée de proposer aux classes d’instaurer des goûters collectifs directement préparés par les élèves.

« Lors des éco-assemblées, nous avons beaucoup travaillé sur les quatre critères avec des slides animés. Il était important que les élèves s’approprient bien les quatre critères afin qu’ils soient capables de reconnaître un éco-snack. Le résultat a été l’investissement des élèves à l’heure du goûter : ils observaient leurs emballages, la provenance, etc., et se questionnaient. »

Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny
Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny
Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny

Apprendre en composant soi-même son goûter

Etape 5 : Liens au programme scolaire

Avec le principe du goûter collectif, chaque semaine, les élèves amènent à tour de rôle les produits pour composer des éco-snacks pour toute leur classe. Les enfants préparent alors le goûter ensemble et peuvent ainsi s’exercer dans différentes matières : la question des quantités dans la conception de l’éco-snack leur permet de développer leurs compétences en mathématiques, la préparation de la nourriture entraîne leur motricité fine et encourage leur indépendance, et l’apprentissage des concepts de partage et de souci des autres constitue également une part importance de cette expérience. De plus, les différentes classes suivent chacune des cours thématiques dédiés à l’environnement.

« Dans notre programme primaire PYP, nous travaillons avec des unités de recherche. Chez les tout-petits (pré-réception), ils ont une unité qui s’appelle « How we organise ourselves – Products and processes » et traite de l’alimentation et sa provenance. En Year 1 (5-6 ans), une unité de recherche qui traite du cycle de la vie (« How the world works ») et qui parle du cycle de vie des animaux, des plantes, de ce qui est vivant et non vivant. En Year 2 (6-7 ans), une unité de recherche qui s’appelle « Sharing the planet » et qui aborde le monde des plantes, leur utilité pour la planète et les êtres vivants. »

Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny
Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny
Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny
Exemple de projet - EIG - Campus des Nations - Site de Pregny